Imprimer

Voici une méthode inspirée de l'ouvrage scolaire de 1886

"La première année de Musique"

d' Antonin Marmontel

qui fut professeur de chant et de solfège au Conservatoire de Paris.


Sur la couverture est inscrit :


« Les solfèges les plus simples sont les meilleurs ».
(Rapport de Monsieur Camille Saint Saëns au Ministre de l’instruction publique)

"La première année de Musique" s'adressait exclusivement aux enfants. Ceci en fait un cours de solfège compréhensif pour tout débutant. Il est vain d'aborder directement tous les aspects techniques de la théorie de la musique : les difficultés rebuteraient maints d'entre eux.

 

Préface

Dans la préface de cet ouvrage scolaire de 1886, on peut lire :


Les programmes recommandent, avec raison, d'apprendre aux élèves, par audition, quelques chants simples et bien rythmés, avant d'aborder l'étude des notes et de la théorie musicale...


Dans beaucoup d'écoles, les mouvements (entrées et sorties) sont accompagnés de chant.
(Je rappelle que l'ouvrage date de 1886, il fait donc référence à des pratiques de cette époque.) C'est une excellente habitude; mais trop souvent, les élèves crient plutôt qu'ils ne chantent, et l'oreille est assourdie au lieu d'être charmée.


Le maître devra donc recommander aux enfants de chanter sans crier, d'avoir égard aux signes (virgules) qui indiquent l'on doit respirer, et il veillera à l'exécution rigoureuse des forte et des piano. Mieux vaut les exagérer que les négliger.


Qu'il recommande aux jeunes exécutants de ne jamais chercher à couvrir la voix de leurs voisins. Tous, au contraire, doivent s'efforcer d'entendre les autres voix et chercher à fondre les sons qu'ils émettent, de manière à produire un ensemble harmonieux.

 

Voir et entendre les chansons pour apprendre le solfège.